Saison de course 2023: ma liste pour le père noël

Auteure

LaGazelle

Publié

December 9, 2022

Categorie

 

C’est bientôt Noël et malgré que j’ai une longue liste de cadeaux à demander au père noël, par exemple un livre de Musso ou encore Marc Levy, mes auteurs préférés, je ne peux m’empêcher de rêver à ma saison de course à pied pour l’année prochaine. Pour être honnête, j’y pense depuis que j’ai repris la course en post-partum. En fait non, c’était environ trois semaines après mon accouchement. Entre les douleurs de la césarienne et l’installation de l’allaitement, la Gazelle s’évadait en pensant aux supers courses qu’elle pourrait faire en 2023. Deux mois post-partum, j’ai commencé tranquillement et lorsque j’ai fini le programme Retour à la course à pied de la Clinique du coureur sans des symptômes persistants de façon significative, je me suis encore plus emballée 🙂

Petit comme grand, la période de Noël a cet effet magique où on se permet de rêver plus qu’à la normale, même si à notre âge on ne croit plus que c’est le père Noël qui dépose nos cadeaux en dessous du sapin. C’est sur cet élan d’émerveillement et de magie que j’écris pour la première fois sur mes projets de course à pied à venir.

Marathon d’Ottawa

Avant de tomber en amour avec les courses en sentier et l’ultra trail, j’ai fait quelques marathons sur route dont le marathon de Montréal à quatre reprises (eh oui, c’est dans ma ville et c’est une super course, que voulez-vous?!). Bref, tout ça pour dire que j’ai souvent voulu faire le marathon d’Ottawa parce qu’il apparaît que c’est une belle course, mais l’occasion ne s’était jamais présentée. Aujourd’hui, c’est chose résolue, car comme je vous disais en introduction juste après mon accouchement, j’ai accepté de participer, avec une amie, au demi-marathon de cette course populaire en Mai 2023.

Je ne vous cacherais pas que j’aurais aimé faire le marathon. Pourtant, il faut que je me l’avoue, ça serait prêcher aux autres coureurs de privilégier la progression sans mettre moi-même en pratique ce principe. Par conséquent, je vais m’y soumettre aussi et ne pas sauter des étapes. D’ailleurs, même si, quand on aime des longues distances en course à pied, on a de la misère à apprécier autre chose en termes de distance, ça sera déjà très bien un demi-marathon. Il ne faut pas oublier aussi que, qui dit marathon dit aussi entraînement plus exigeant. En ce moment, avec deux bébés, ce n’est pas réaliste de s’engager dans un plan avec un gros volume d’entraînement pour la préparation d’un marathon. Donc, ça serait les 21,1 km et j’en serais heureuse.

Ultra trail Gaspesia

Vous allez peut-être rire de moi, mais en trail je choisis les courses auxquelles je participe de façon un peu spéciale. C’est simple, si le nom de la course me parle, me plait, alors je la ferais certainement. Parmi les coups de cœur, il y a eu l’Harricana, Canadian Death Race, Diez Vista, Le Diagonal de fou, Sinister 7, sans parler des quelques ultra trails aux États-Unis. D’autres critères comme la distance, le dénivelé ou la difficulté technique viennent après. Donc, ça fait plusieurs années que je vois passer l’Ultra Trail Gaspesia sans trop y prêter attention parce que le nom en soi ne me disait rien. Je trouve qu’il manque un peu de mystère dans le nom.

En plus du nom qui ne se démarque pas, il y a aussi la distance. C’est loin, la Gaspésie! D’ailleurs, en 2014, je suis allée courir au Mont Albert. À l’époque, je ne faisais que des courses sur route. C’était ma première course en montagne. Bref, à quelques jours de l’événement, je me suis rendue compte que c’est en Gaspésie et que c’est 10 heures de route en autobus (à l’époque je n’avais pas d’auto) de Montréal. D’ailleurs, merci à mon amie Louise de m’avoir aidé dans ce voyage en me rappelant de faire attention de ne pas atterrir à Mont-Sainte-Anne, alors que la course se passait à Sainte Anne de Mont. Toutefois, toute cette réflexion faisait obstacle à ma participation à ultra trail Gaspesia jusqu’au jour où, alors qu’on parlait voyage avec mon mari cet été, nous avons voulu visiter la Gaspésie. Et là, je me suis rappelée l’Ultra Gaspésia! Jumelée aux vacances familiales, je ne dirais pas non à l’Ultra Trail 54 km. Voilà, c’était décidé 🙂 Je serais alors à un an post-accouchement, et j’espère que mon corps sera prêt à relever ce défi!

Harricana

Honnêtement, j’hésite entre l’épreuve de 65km d’Ultra-Trail Harricana et la nouvelle course de 100km en trail Trans Charlevoix qui se déroule sur trois jours. Jusqu’à maintenant les ultra trails, je les faisais d’un seul coup. Ici, j’aime l’idée de faire une longue distance sur quelques jours, mais la distance totale est quand même considérable. Donc, cette course sera peut-être à mon agenda en 2024, mais l’année prochaine, je crois que l’Harricana sera un meilleur choix.

Je suis très contente, car la première fois que j’ai couru un ultra trail c’était le 65km d’Harricana 🙂 J’ai l’impression que ça sera un genre de retour aux sources pour moi. En plus de ce lien sentimental, je la referai pour trois raisons: la beauté du parcours; la distance raisonnable et la date de l’événement. En effet, le fait que la course se passe en septembre, au niveau de l’entraînement, j’aurais pas mal tout l’été pour me préparer.

La Diagonale des Fous

C’est en 2017 que j’ai découvert la Diagonale des Fous en même temps que la course Canadian Death race que j’ai fait la même année. Je dois être folle parce que dès que je suis tombée sur cette course, j’ai senti que c’était une course pour moi. J’ai eu un coup de cœur pour le nom de cette course et j’ai été charmée par l’idée de courir à l’île de La Réunion. Bon, c’était avant de réaliser la distance! On parle quand même d’une course de 165km avec 10020m D+ (dénivelé), rien de moins! Il n’empêche que pour moi c’est tout de suite devenu un objectif sur ma liste de courses à faire même si cela implique d’attendre quelques années. En effet, au niveau physique j’avais encore besoin d’accumuler du kilométrage et de gagner en expérience.

Entre-temps, il y a eu le bon projet de fonder une famille et l’objectif de faire cette course a été repoussé. Il faut dire aussi qu’avec la pandémie covid-19, peut-être que je n’aurais pas pu la faire de toute façon. Toutefois, aujourd’hui, c’est réellement possible de m’imaginer à la ligne de départ de la Diagonale des Fous dans 2-3 ans. Maintenant que le père Noël est au courant et mon mari aussi, il ne reste qu’à courir et à mettre tout en œuvre pour atteindre ces objectifs.

Quant à vous, j’espère que vous avez aussi une liste pour Noël. Même si le temps des fêtes reste un prétexte pour rêver, je souhaite que vos rêves deviennent réalité en 2023. Joyeuses fêtes!

Abonnez vous!

Je publie un nouvel article à chaque deux semaines. Si vous souhaitez rester en contact et recevoir mes articles dans votre boîte de réception, mettez votre email ci-dessous.

Articles Recents

Équipement course hivernale

Équipement course hivernale

 En novembre 2021 j’ai écrit mon premier article sur la course à pied en hiver.  Aujourd’hui, je vous reviens avec un article sur l’équipement pour pratiquer...

read more
Pourquoi fais-tu cela?

Pourquoi fais-tu cela?

Vous vous sentez mal, bizarre ou gêné de vivre votre passion? Vous avez arrêté de faire la chose qui vous ressourcez? Vous n’avez d’intérêt pour rien?...

read more

0 Comments

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *