À vos baskets, courez!

Auteure

LaGazelle

Publié

April 15, 2021

 Aujourd’hui, je vous partage mon expérience sur l’équipement pour la course à pied. Je vous propose de parler de ce que j’ai comme équipement pour courir et comment j’ai évolué là-dedans. De la paire de chaussures à la montre de course, les items proposés sur le marché de la course à pied sont infinis. Par conséquent, on peut penser qu’on a besoin de tout ça avant de se lancer et on risque de dépendre de l’équipement et d’oublier la course en elle-même. Ces items ne sont pas tous importants, ne sont pas tous essentiels et surtout il est possible de les acquérir de façon progressive. D’ailleurs, dans mes exemples, vous verrez ma progression. Je crois profondément que ce n’est pas parce que nous sommes très équipés que nous faisons plus d’activités physiques. Il y en a qui achètent tout ce qu’il faut sans jamais s’y mettre et d’autres sautent dans le bain sans être assez équipés voire pas du tout équipés (c’était mon cas) et vont loin dans leur objectif. 

 

Savoir ce qu’il nous faut comme matériel est une bonne chose, mais il faut surtout avoir une motivation interne. C’est elle qui fera de vous une coureuse/un coureur de façon régulière et qui vous permettra de profiter de vos achats pour la course longtemps. Alors sans plus tarder, je me lance.

Chaussures

Vous avez sûrement déjà entendu cette phrase ou une semblable: «La course à pied c’est pratique parce que ça demande seulement une paire de chaussures et hop» (le hop c’est mon ajout personnel). Vous avez aussi peut-être entendu dire qu’il faut absolument avoir des chaussures de course selon le type de terrain (route, sentier ou mixte). Oui et non. Oui, pour les chaussures de tous genres tant qu’elles sont faites pour la course. Non, une paire de chaussures de course est déjà bien spécialisée, car elle est faite pour la course à pied. Pas besoin de s’équiper selon le terrain sur lequel vous courez à vos débuts. Je ne dis pas que ce n’est pas important, mais que ce n’est pas essentiel au début à mon avis. 

 

Et toi La Gazelle, tu avais quoi comme chaussures à tes débuts? Alors là, ça sent la confession! Je n’ai pas fait les choses comme il fallait à mes débuts. Vraiment à ne pas faire. Je ne savais pas du tout quelle paire de chaussures ça prenait lorsque j’ai commencé à courir. Pour ceux qui ont lu mon histoire avec la course, vous savez que c’est presque sur un coup de tête que j’ai décidé de me mettre à courir (j’ai vu les coureurs sur le pont Jacques Cartier se préparant à courir le demi-marathon et le marathon et leur énergie m’a contaminé). Bref, je ne me rappelle ni la marque ni si c’était des chaussures de course. Ce n’était pas non plus des souliers de ville, mais sûrement des chaussures de sport en général. J’ai été chanceuse de ne pas me blesser, de m’entraîner et de faire mon premier 10 km à vie avec cette paire. Je ne vous conseille pas cette naïveté, mais sans être une étude scientifique, ça prouve que l’important c’est de commencer et le reste suivra.

 

Je crois que la connaissance peut venir avant l’expérience, mais aussi qu’on peut décider d’aller chercher nous-même l’expérience. Pour vivre ma vie et pour la courir, je n’attends pas d’avoir tout ce qu’il faut pour me lancer. Et quand ça ne marche pas La Gazelle? Euh, je passe à autre chose, mais j’aurais essayé au moins. Tout n’est pas pour nous. Par ailleurs, des fois la vie nous dit non. Par exemple, non parce que nous en avons assez sur nos épaules en termes de projets, d’ activités, et de responsabilités. Non parce que ce n’est pas le moment/la saison pour cette chose. Mes dernières compétitions datent de 2018 avant le mariage (2019) et l’entrée dans le monde de la maternité (2020). Je pouvais me donner n’importe quel défi de course que j’aurais réussi à le faire. Mais aujourd’hui, mon bébé a à peine 7 mois et moi j’apprends à composer avec un corps d’après accouchement. Est-ce la saison pour me lancer dans un marathon? Pas vraiment. Ce qui fait que je m’entraîne en ce moment pour un 10km virtuel de Banque Scotia. Et c’est ben correct (ok, j’apprends encore à l’accepter et à me le répéter), mais je suis dans cette saison où mon rôle de mère supplante mon amour pour la course haut la main.

 

Bon, reviens aux chaussures stp! Oui, je suis là. Malgré mes chaussures douteuses à mes débuts, si vous lisez cet article avant de vous mettre à la course à pied, cela ne vous arrivera pas. Vous allez commencer avec une paire faite pour ce sport. Vous n’en avez pas? Achetez celles qui vous plaisent (faites pour la course évidemment) tant que c’est votre taille et courez. Par contre si vous avez des douleurs persistantes malgré vos sorties en douceur, alors oui, consultez pour voir si les chaussures sont en cause. Maintenant que vous avez une paire de chaussures de course, mettez la à l’épreuve en courant régulièrement. Ensuite, vous pourrez la comparer avec d’autres chaussures de course sur le marché et ainsi selon différents critères, faire votre choix pour une nouvelle paire. 

 

 

Ce n’est pas parce que c’est conseillé, ce n’est pas parce que c’est bien noté dans un magazine spécialisé, ce n’est pas parce que le coureur à qui vous aimeriez ressembler en porte une paire que c’est garantie contre toutes surprises.

 

L’autre chose sur les chaussures de course, certains disent qu’il faut les changer lorsqu’on atteint un nombre x de kilomètres (entre 300 et 1000 km, selon l’utilisation, mais ça reste un kilométrage théorique).

https://www.running-addict.fr/conseil-running/duree-de-vie-des-chaussures-de-running-quand-changer/

Je vous avoue ne pas suivre ces recommandations. Ma première paire de trail est la seule que j’ai jusqu’à maintenant. Elle a fait le 22km d’ultra trail Mont-Albert; le 65km d’Harricana; le 125km de Canadian Death race; le 100km de Diez Vista, sans compter les entraînements en trail. Je ne vous dis pas que c’est la chose à faire, simplement que moi je ne voyais pas l’utilité de changer cette paire. J’ai pensé changer avant ma dernière course annulée, malheureusement, qui devait être celle de Midnight Moose Ultra. Pour l’instant, je n’ai pas encore fait l’achat d’une deuxième paire. Informez-vous sur ce sujet et prenez votre propre décision.

 

Enfin, vous vous demandez peut-être quand est-ce qu’on achète pour le plaisir? Ça y est vous courez régulièrement ? Vous vous intéressez aux techniques de course; à la performance; et/ou à la course à pied sur route versus en trail ou les deux? Vous aimez magasiner et tant qu’à courir, pourquoi ne pas avoir plusieurs paires? Ah oui, et vous avez des sous? Alors, c’est le moment, gâtez-vous. Dans le marché de la course à pied, les chaussures semblent être plus que primordiales. Personne donc ne vous jugera! Un jour, vous achèterez une paire de chaussures, deux, trois, et vous pourrez continuer.  Ne tombez pas non plus dans la surconsommation svp. 

Chaussettes

Ah là là, dire qu’il faut parler des chaussettes! Bon, c’est vrai qu’aujourd’hui, j’ai plusieurs sortes de chaussettes pour courir autant sur route qu’en trail, mais c’est venu bien après m’être lancé dans la course à pied. Au début franchement, c’est très secondaire puisqu’on ne se lève pas un jour et on fait son premier marathon, même pas un 5 km. Donc, avant de chercher des chaussettes qui respirent et celles qui pourraient vous éviter l’irritation de vos pieds ou je ne sais pas quoi encore, courez seulement! Chaussettes longues, courtes, en coton ou en une autre matière, délavées ou dépareillées, je vous le dis, la course ne juge personne, alors pourquoi s’en faire. Assez tôt dans votre pratique de course à pied, vous allez savoir ce dont vous avez besoin comme chaussettes et vous en ferez l’achat en temps et lieu.

 

Et quand vous serez rendus à faire de longues distances, des entraînements intenses, des compétitions, et/ou à se poser des questions sur la performance et la récupération, informez-vous sur les chaussettes de compression. Il parait que ça peut aider à la performance et à la récupération. Moi, c’est ma chiropraticienne qui me les a conseillés car lorsque je m’entrainais pour des marathons, j’y allais fort sur les intervalles et je ne prenais pas assez de temps pour le repos. Conséquence: les périostites tibiales à répétition. Par ailleurs, d’après mes recherches, il y a des bienfaits vraiment intéressants pendant la course si celle-ci est longue: «on épuisera moins vite le muscle» et après la course «le muscle ayant “mieux” fonctionné, mettra moins de temps à récupérer de l’effort consenti».

https://www.running-addict.fr/conseil-running/manchons-de-compression-sport-course/

Comme ça me parle et surtout que j’ai envie d’y croire, aujourd’hui, j’utilise les chaussettes de compression dans les compétitions en trail car c’est celles qui sont longues. Encore une fois, informez-vous de votre côté et demandez à votre médecin, chiropraticien-e, ou un autre professionnel si c’est quelque chose qui peut vous aider.

Soutien gorge de sport mesdames!

Bon d’accord, un soutien gorge sport (encore mieux s’il est fait pour la course) ça soutient vraiment plus la poitrine. Mais convenons qu’il y en a qui ne remplissent pas leur mandat et qui ne soutiennent rien. Donc, ça se peut que vous ne trouviez pas tout de suite ce qui vous convient. Peu importe le nombre de tentatives pour trouver le bon soutien sport qui garde vos seins en place et qui est confortable, je vous encourage à persévérer! Avoir un soutien qui n’est pas confortable, en plus des risques d’irritation, ça va gâcher votre moment d’évasion, car vous allez y penser plus que nécessaire. Moi, le soutien est un équipement indispensable à ma pratique de la course à pied. Dans le passé, j’ai fait des achats qui m’ont déçu, mais heureusement, j’ai réussi à trouver quelques soutien gorge sport parfaits. 

 

Toutefois, lorsque je travaille, il m’arrive d’oublier un morceau à la maison et c’est souvent le fameux soutien gorge sport (les chaussettes aussi). Je n’annule pas ma sortie pour autant. Ah que non, le soutien ordinaire fait plus au moins le travail sauf que je vais le sentir quand même durant ma course. Par conséquent, je ne ferais pas deux heures de course dans ce cas-là (de toute façon la nouvelle maman n’est pas rendue à courir autant). Le soutien normal ne supportera pas non plus la transpiration très longtemps et donc, je me sentirai plus mouillée et il ira dans le panier à linge sale dès mon arrivée à la maison. Rien ne vaut donc un bon soutien sport pour courir. Et si vous en trouvez un qui vous va, achetez-en deux si vous pouvez! Trouver un soutien sport à sa poitrine reste un exercice ardu.

 

Autres équipements

Au fur des années, j’ai ajouté sur ma liste d’autres matériels de course à pied pour leur utilité. Je vous en partage quelques-uns.

 

  1. Crème pour prévenir l’irritation

Pour prévenir l’irritation entre les cuisses ou en dessous des seins, mettez un produit qui peut fonctionner pour vous (mes amis coureurs disent qu’eux c’est le sein directement qui s’irrite). Plusieurs crèmes et autres produits sont proposés sur le marché. La vaseline marche pour moi.

 

  1. Achat d’une deuxième paire de chaussures

Oui, même si je vous ai dit que c’est secondaire, permettez-vous d’avoir une deuxième paire de chaussures. Si vous êtes déjà ou vous devenez une coureuse régulière/un coureur régulier, il serait dommage de ne pas faire une sortie parce que la seule paire que vous avez est mouillée ou encore elle est oubliée à la maison (souvent mon cas). En plus de l’utilité, c’est l’occasion de choisir la paire pour son confort et si en plus, c’est dans vos couleurs, c’est merveilleux.

 

  1. Short/Legging

Désolé, mais tous les chemins n’amènent pas à Rome. Il n’y a pas pire expérience que de courir avec un short qui remonte sur vous ou un pantalon qui descend à chaque foulée ! Donc, dès que vous pouvez, trouvez-vous un short, un pantalon trois-quarts ou un legging confortable et passe-partout pour vos sorties de tous les jours.

 

  1. Un truc pour s’hydrater

 

Bouteille d’eau, ceinture d’hydratation ou sac d’hydratation, trouvez une façon de vous hydrater pendant votre course. Ma première course chronométrée de 10 km, j’ai utilisé le ravitaillement pendant la course pour m’hydrater. Mon marathon (oui du 10km au 42,2 km, folle la fille), j’ai acheté une ceinture d’hydratation, en plus de profiter du ravitaillement durant la course. Finalement, un sac d’hydratation à mon premier 22 km en trail, car il l’exigeait. Et depuis, j’utilise ce sac, soit pour les longues sorties ou les compétitions. Tellement chanceuse, car je n’ai pas eu à en essayer plusieurs avant de trouver le bon sac. Bref, peu importe comment vous faites, l’important c’est de s’hydrater avant, pendant et après la course.

 

  1. La montre de course

Il y a vraiment de belles montres de course. Et la montre de course n’est pas pour regarder l’heure seulement (note à moi même), elle est munie d’une foule de fonctionnalités. J’ai eu ma première montre de course quatre ans après mes débuts dans ce sport. Le côté positif de cette attente, c’est que j’ai appris à doser mon rythme à ma capacité de respiration. Je cours vite quand mon cœur me le permet et je ralentis quand je n’en peux plus. Pour plus de détails, je vous invite à lire cet article:

http://www.jogging-international.net/entrainement/courir-sans-cardio-et-ecouter-son-corps/6933/

Toutefois sans la montre, on ne peut pas mesurer ou quantifier ses efforts avec les chiffres, un avantage que la plupart des montres de course offrent. Et pour plusieurs c’est «top» pour la motivation et le suivi que ça permet.

 

Mais pour moi, l’expérience avec la montre ne fut pas extraordinaire. Déjà que je ne suis pas technologique comme fille, alors là, savoir la vitesse, la distance, les différents niveaux d’effort, je n’ai rien maîtriser de tout cela. Finalement, ma montre me sert dans les courses, soit à voir l’heure, soit à mesurer la distance. Et quand on sait qu’une montre qui coûte plusieurs centaines de dollars est conçue pour faire plus que cela, je me dis que je ne suis pas faite pour la montre et vice et versa. C’est donc un outil à essayer et à juger par vous même de son importance. Et pourquoi ne pas demander à quelqu’un de votre entourage de vous prêter une montre pour essayer avant de faire cet achat.

 

Je termine cet article en vous encourageant à commencer la course à pied même si vous n’avez pas tout ce qu’il faut (façon de parler). Ce que je vous souhaite, c’est la motivation pour partir courir. On en a besoin pour enfiler nos baskets de façon régulière. Et lors de vos sorties de course, vous apprendrez davantage sur vous, sur la course, et sur l’équipement de course à pied.

Abonnez vous!

Je publie un nouvel article à chaque deux semaines. Si vous souhaitez rester en contact et recevoir mes articles dans votre boîte de réception, mettez votre email ci-dessous.

Articles Recents

Recharger les batteries

Recharger les batteries

3 conseils pour recharger ses batteries Face à la fatigue, nous avons tous des besoins différents, des façons différentes de pouvoir se ressourcer et...

read more

0 Comments

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *